• The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    Voici une très belle pièce qui a récemment rejoint ma petite collection :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Ce très beau fusil est un revenant de "l'année terrible" et des combats désespérés contre l'invasion prussienne. Comme vous allez le voir, c'est un témoin.

    Ce fusil, qui s'appelle un two bands short rifle Enfield Snider, provient de la collection d'un bon copain. 
    (On ne dit peut-être pas suffisamment, mais entre collectionneurs, les échanges sont assez courants)

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Il a été fabriqué neuf par la Birmingham Small Arms Company (B.S.A. Co) en 1869.

    Neuf, car au départ les Snider sont la transformation au chargement culasse des Rifle Pattern 1853 et Short Rifle Pattern 1860.

    Il est de fabrication civile pour l’énorme marché existant alors dans l’Empire Britannique. Aux marquages près, le fusil est totalement identique aux armes réglementaires. Il est d'ailleurs poinçonné WD pour War Department = ministère de la guerre ...

    Ce fusil est un témoin de notre Histoire, celle qui s'écrit avec un grand H, car il y a été mêlé de très près :

    « Le 19 juillet 1870, la guerre Franco-Prussienne éclate. 

    Le 1er Septembre 1870, à la bataille de Sedan l’Empereur Napoléon III est capturé : chute du Second Empire. 

    Le 4 Septembre à Paris, un Gouvernement Républicain dit "de La Défense Nationale" se met en place et décide de continuer la guerre et de chasser les Prussiens. On sait comment tout cela finit.

    La France manquait d’armes pour équiper ses bataillons de Mobiles de "la levée en masse" et il fut décidé d’acheter massivement tout ce qui était disponible à l’étranger.

    Parmi les très bonnes armes importées, on acheta en Angleterre plusieurs milliers de fusils Enfield Snider dans les versions longues et courtes. »


    Mon fusil est l’une de ces armes qui furent importées en urgence. Il fut certainement débarqué au port du Havre car on l'a d'abord marqué à la crosse d’un tampon circulaire profondément appuyé : 

    VILLE DU HAVRE

    entourant un M majuscule, puis, dans un second temps, du matricule 450 d'enregistrement en corps de troupe :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    L'Armée française, qui ne supportait pas les aciers ternes, noirs et bronzées, l'a fait entièrement astiquer poli brillant, exactement comme un fusil Chassepot.

    Il ne reste que des traces de ce bronzage noir sur la queue de culasse et la hausse. Le dessous du canon est resté bien noir …

      *********************

    Examinons ce Snider de plus près.

    Voici un schéma du mécanisme d'un fusil Snider :
    (Source : https://histoires-du-canada.blog4ever.com/)

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    La platine avec le marquage du fabricant B.S.A.C.o et son millésime de fabrication :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Voici l'intérieur de la platine. Comme on le voit, elle est parfaitement classique : grand ressort en avant, ressort de détente en arrière, bride de noix à deux piliers. Seul élément "moderne" la chainette qui relie le grand ressort à la noix :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Le système Snider, d'origine américaine, se compose d'une culasse à clapet dont l'axe est parallèle au canon. 

    La culasse comporte une tige rappelée par un ressort, le percuteur. Ce percuteur est actionné par le choc du chien agissant à la manière d'un marteau. Une encoche de la chambre laisse le passage à un extracteur actionné en reculant le clapet de culasse.

    Voici la culasse Snider fermée et chien à l'abattu. Il s'agit d'une culasse du premier type :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    La culasse ouverte.
    Sur la queue de culasse, on remarque qu'un restant du bronzage d'origine a échappé aux astiqueurs de 1871.
    A noter le numéro 926 poinçonné sous le clapet de culasse. Ce matricule a été apposé par l'ouvrier tourneur-fraiseur qui a fabriqué l'ensemble culasse - boîte de culasse :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider 

    Les marques de la B.S.A.Co et le patent de Snider, dont le S enfilé d'une flèche:

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Le canon, la boite de culasse et la culasse vus de dessous. Le bronzage d'origine est bien présent. On remarque le poinçon WD pour War Department et à nouveau le numéro 926 frappé sous le guide et sous l'extracteur :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense NationaleLes différents éléments de la culasse mobile du Snider :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    Les poinçons de réception du canon, poinçon d'épreuve Anglais et poinçon d'attestation du calibre en balles à la livre, ici : 25.

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider 

    La hausse, quasiment la même que sur les Chassepots :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider 

    Le canon est au calibre de .577 (millièmes d'inches)
    Les 5 rayures du canon sont au pas de 1,16 mètre. Ici, on voit qu'il n'y a ni corrosion ni usure :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider 

    La contre-platine n'existe pas, les vis de fixation sont simplement retenues par deux fortes rondelles à oreilles :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    Les garnitures, ici l'embouchoir et la grenadière. Notons que le canal de baguette porte encore la marque de l'outil :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    La capucine. Contrairement aux armes françaises qui utilisent des ressorts, les garnitures anglaises ne sont retenues que par leur serrage sur la monture :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    L'ensemble sous garde - pontet. L'anneau de bretelle est vissé dans la crosse et traverse la sous garde :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    La plaque e couche retenue par trois fortes vis à bois :

    The Two Bands Short Rifle Enfield Snider ... de la Défense Nationale

    Le fusil a été livré à la France accompagné de sa bayonnette :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    La bayonnette fixée au canon :

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Mon Two Bands Short Rifle Enfield Snider

    Pour nos hommes, cette bayonnette n'était pas une nouveauté puisqu'elle possède les mêmes dimensions que la bayonnette de nos Chassepots. On reste dans le même genre : forme, fixation et verrouillage sont identiques, hormis le fourreau en cuir à garnitures en fer et la poignée en cuir noir comprimé.

     

    *********************

     

    Dans son ensemble, le fusil est resté dans son état de 1871.

    Pour une raison inconnue, car son matricule 450 atteste de son enregistrement en corps de troupe, il aurait dû être distribué à un bataillon de l'Armée du Nord. Mais il n’a sans doute jamais été au combat : l'arme est restée neuve.

    Il n'y a aucun jeu à la culasse, ni à la platine, ni à la hausse. Le canon est miroir. Seuls la plaque de couche et la monture ont reçus quelques chocs.

    J'ai dû remplacer le percuteur qui avait été anciennement cassé (ou raccourci dans un but de "sécurité"). J'ai pu me procurer un percuteur d'origine. Et aussi une culasse complète, avec ressorts, axes, etc ...

    Il me reste à lui trouver des étuis et les outils de rechargement, et aussi un moule pour une balle adaptée.

    Car, de même que toutes les armes de ma collection, il est destiné à tonner et, s'il le mérite, à participer aux concours et challenges du circuit des armes anciennes.

    A bientôt

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :